ADISCO, en bref et en image

3 octobre 2018

L’ADISCO, l’Appui au Développement Intégral et la Solidarité sur les Collines, est une association sans but lucratif de droit burundais qui a pour mission de contribuer à l’émergence et à la construction d’un mouvement social national capable de porter son propre développement et d’influencer les politiques au profit des couches modestes de la population.

 

Dans son dernier rapport d’évaluation, ADISCO a mis en lumière l’impact positif de leur collaboration avec Philea. En retraçant les investissements effectués dans plusieurs coopératives agricoles, notamment auprès de caféiculteurs, il ressort du document une nette progression du rendement moyen grâce au développement des infrastructures et des équipements de transformation, rendus possibles par les crédits et garanties octroyés.

  • La coopérative multi-filière Korerikawa, qui se consacre au café et à l’haricot, a par exemple développé ses infrastructures en améliorant le stockage de ses denrées. Malgré la crise du café en 2015 qui a provoqué une chute des prix, les chiffres augmentent progressivement depuis deux ans et sont encourageants pour la suite : la coopérative a en effet pu créer une mutuelle de santé fidélisée par la paie du café.
  • La coopérative Buseruko-Rugajo a quant à elle des résultats très satisfaisants grâce à la collecte et transformation de café cerise, à l’organisation du stockage des produits viviers tels que le riz et le haricot et la labellisation de la farine de manioc. Grâce au crédit, la coopérative peut louer des camions regroupant et ramenant le café au lieu de transaction, évitant ainsi à des femmes de le transporter sur le dos pendant 18km, comme c’était le cas auparavant. En augmentant par ailleurs son volume de transaction, le rapport conclue dans ce cas à « l’amélioration des conditions de vie des membres, en particulier, et de la communauté, en général ».

Ces exemples illustrent les progrès conséquents liés aux investissements de Philea depuis plusieurs années : d’abord économique, grâce au financement de stations de lavage dans un premier temps puis à l’obtention de certificats Fair Trade dans un second temps, assurant aux producteurs de gagner un minimum de 40 cents par livre. Ensuite, un net progrès social, avec des familles membres ayant accès à des soins de meilleures qualité par la mise en place de mutuelle de santé dans certaines coopératives tout comme une baisse importante du chômage. Enfin, un progrès dans le domaine politique, avec des caféiculteurs qui ont utilisé les coopératives café comme un instrument de plaidoyer afin de défendre leur positionnement pendant le processus de privatisation qui n’entendait pas leur voix.

Si ces évolutions sont très encourageantes, des défis persistent. Certaines coopératives n’ont pas encore pu développer des mutuelles de santé ou n’ont pas accès au label Fair Trade, d’autres ont également du mal à rembourser leur crédit. Un soutien, tant financier qu’humain, doit donc être maintenu, bien que ces premiers résultats soient fantastiques et nous remplissent de joie. La collaboration avec l’ADISCO est donc prometteuse et nous les remercions du contact régulier que nous entretenons avec eux, nous permettant ainsi de voir les belles évolutions des coopératives que nous soutenons.

Galerie photo

Coopérative Korerikawa – Protection du café contre les intempéries pendant le séchage

Coopérative Buseruko-Rugajo – Stockage des vivriers

Coopérative Twubakane de Rutana – Nettoyage du café dans les bacs de fermentation